• - L'investigation : les 4 questions et l'inversion


    1. Est-ce vrai ?
    2. Êtes-vous certain que c'est vrai ?
    3. Quelle réaction suscite en vous cette pensée ?
    4. Qui seriez-vous sans cette pensée ?

    Et

    Inversez tout.

    Donc, en faisant appel aux 4 questions, investiguons l'assertion numéro 1 de l'exemple :

    Je n'aime pas Paul parce qu'il ne m'écoute pas. En parcourant ces lignes, songez à quelqu'un à qui vous n'avez pas complètement pardonné.

     

    papillon

     



    1. Est-ce vrai ? Interrogez-vous : "Est-ce vrai que Paul [nom] ne m'écoute pas ?" Demeurez silencieux. Si vous souhaitez vraiment découvrir la vérité, la réponse surgira à la suite de la question. Laissez le mental poser la question et attendez la réponse qui fera surface.

     


    2. Êtes-vous absolument certain que c'est vrai ? Examinez ces questions : "Suis-je vraiment certain que [nom] Paul ne m'écoute pas ? Puis-je vraiment savoir si quelqu'un écoute ou pas ? Est-ce que moi-même je ne suis pas distrait alors que je parais être à l'écoute ?

     


    3. Quelle réaction suscite en vous cette pensée ? A ce point, sondez votre réaction et la manière dont vous traitez [nom] Paul quand vous pensez "Paul [nom] ne m'écoute pas".
    Dressez une liste. Par exemple : "Je lui lance un regard assassin. Je l'interromps. Je le punis en ne lui prêtant pas attention. Je me mets à parler plus rapidement et fort pour le contraindre à m'écouter et à me comprendre." Continuez à parfaire votre liste tout en sondant à l'intérieur et voyez comment vous vous traitez dans cette situation et ce que vous éprouvez. "Je me ferme. Je m'isole. Je mange avec excès, je dors beaucoup et je me colle à la télévision dans jours durant. Je me sens déprimé et seul".
    Demeurez silencieux et prenez conscience de la manière dont vous réagissez quand vous accordez foi à la pensée "Paul [nom] ne m'écoute pas".

     


    4. Qui seriez-vous sans cette pensée ? Maintenant examinez celui ou celle que vous seriez si vous ne pouviez pas avoir cette pensée "Paul [nom] ne m'écoute pas". Fermez les yeux et imaginez que vous n'avez pas cette pensée que [nom] Paul ne m'écoute pas (ou qu'il devrait même vous écouter). Prenez votre temps. Observez ce qui vous est dévoilé. Que percevez-vous ?  Comment vous sentez-vous ?


    Inversez tout. L'affirmation initiale "Je n'aime pas Paul [nom] parce qu'il ne m'écoute pas" devient, si on l'inverse, "Je ne m'aime pas parce que je n'écoute pas Paul [nom]."


    Est-ce que c'est aussi vrai ou plus vrai pour vous ? Est-ce que vous écoutez Paul [nom] quand vous songez que lui ne vous écoute pas ? Continuez à chercher d'autres exemples où vous n'écoutez pas (quelqu'un au travail ou une personne que vous n'appréciez pas, par exemple).
    Une autre forme d'inversion qui pourrait se révéler aussi vraie, ou plus vraie, est : "Je ne m'aime pas parce que je ne m'écoute pas".


    Quand vous vous mêlez mentalement d'autres affaires que les vôtres et que vous songez à ce que [nom] Paul devrait faire, êtes-vous à l'écoute de vous-même ? Mettez-vous votre vie de côté quand vous croyez qu'il devrait écouter ? Pouvez-vous entendre votre manière de lui parler quand vous croyez qu'il devrait écouter ?


     Après avoir examiné les inversions, on continue une investigation typique en passant à l'affirmation suivante sur le questionnaire - Je suis en colère contre [nom] Paul parce qu'il ne m'apprécie pas - et ainsi de suite avec toutes les affirmations.


    Les inversions constituent la prescription qui vous convient pour obtenir la santé, la paix et le bonheur. Êtes-vous en mesure de vous administrer les remèdes que vous préconisez aux autres ?


    « - Questionnaire "jugez votre prochain"- A vous de jouer : le questionnaire »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :