• - On ne peut m'aimer

    Travail d'investigation sur la pensée "on ne peut m'aimer".

     

     

    papillon

     



    "Les autres personnes sont belles et généreuses, ou drôles, ou encore courageuses et fortes. Pas moi. On ne peut pas m'aimer, ce qui me rend désespérément malheureuse."

    Katie : Ma belle, tu veux connaître la vérité ?

    "Oui".

    Katie : "On ne peut pas t'aimer" : est-ce vrai ?

    "C'est-ce que je crois. Personne ne m'a jamais vraiment aimée, pas même ma mère. Elle ne m'a jamais prise dans les bras, quand j'étais petite, elle ne cessait de crier après moi, avant de se précipiter hors de la maison pour filer à son travail."

    Katie : Ta mère se dépêchait de partir au travail, ce qui signifie qu'elle ne t'aimait pas ? Est-ce vrai ?

    "Peut-être qu'elle était trop fatiguée pour nous embrasser ou nous parler, je peux le concevoir. Elle s'occupait seule de mon frère et de moi.

    Katie : N'était-ce pas de l'amour ?

    "Peut-être".

    Katie : "On ne peut m'aimer" : es-tu absolument sûre que c'est vrai ?

    "Non, je ne peux en être sûre. Mais c'est-ce que je ressens."

    Katie : Bien sûr que tu le sens, puisque tu crois cette pensée. C'est pour cela que nous mettons en doute cette pensée. La douleur peut paraître très motivante, au début. Plus tard, tu découvriras peut-être qu'elle n'est pas nécessaire. Comment réagis-tu quand tu crois à une pensée dont tu ne sais même pas si elle est vraie ?

    "C'est lourd. Je perds toute spontanéité. Je me sens seule et je me languis de ce que je n’arrive pas à obtenir. Rien d'autre n'a plus d'importance, de sorte que je ne fais quasiment que rester à la maison et essayer d'échapper à mes pensées en regardant la TV et en mangeant, même si je n'ai pas faim."

    Katie : Qui serais-tu sans la pensée "On ne peut pas m'aimer" ?

    "Oh, je me sentirais beaucoup plus légère. Je peux m'imaginer en train de marcher dans la rue et d'apprécier les feuilles qui tombent et la lumière du soleil. Je me sentirais beaucoup plus proche des gens que je connais et je m'intéresserais à eux, plutôt que de me demander pourquoi ils ne m'aiment pas. Je pourrais partir en vacances toute seule et y prendre plaisir, ou alors demander à quelqu'un de m'accompagner. Ça pourrait aussi être sympa."

    Katie : Retourne ta phrase.

    "Les autres ne peuvent être aimés. Oui, quand je crois qu'on ne peut m'aimer, je suis si triste et amère que je ne peux aimer personne".

    Katie : Vois-tu d'autres retournements ?

    "On peut m'aimer".

    Katie : Tu vois en quoi cette phrase est plus honnête ?

    "C'est difficile à voir. J'aimerais bien, mais c'est dur".

    Katie : Trouve moi 3 raisons pour lesquelles on peut t'aimer.

    "Hmm… C'est vraiment dur. Bon, en voici une. J'ai un joli sourire."

    Katie : Bien, ma biche. C'est une bonne découverte.

    "Et j'ai été une excellente sœur. J'ai toujours été là pour mon frère."

    Katie : Et de deux ! Tu peux en trouver une troisième ?

    "Hmm. Rien d'autre ne me vient.

    Katie : Trouve une chose que tu as accomplie aujourd'hui et qui te paraît appréciable.

    "Eh bien, j'ai nourri les écureuils".

    Katie : Oui. C'était gentil de ta part. Ça fait trois. Le fait est qu'on peut t'aimer, que ça te plaise ou non. Tu ne peux rien y faire !

     

    (Source : j'ai besoin que tu m'aimes, est-ce vrai ? de B.K.)

     

     

     

    papillon

    « - Ma petite amie ne devrait pas me quitter- Elle ne devrait pas se faire souffrir comme cela. »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :